[Coté Joueur] Z-Corps

Je ne suis pas un fan de Zombies. Je précise, parce que ce n’est pas la première fois – ni sans doute la dernière – que j’en parle ici. Ce que j’aime, c’est les situations désespérés, durant lesquelles des hommes et femmes doivent se dépasser pour affronter un monde inconnu et souvent peu amical. J’aime les univers post-apocalyptiques et les récits d’exploration de terres inconnues (d’autant plus s’il y a quelques gouttes de Science-Fiction dans la soupe, on ne se refait pas).

Du coup, les histoires de zombies, c’est de sacrements bonnes situations pendant lesquelles il faut se bouger le cul pour ne pas se le faire bouffer par son gentil voisin.

Il y a quelques années de ça, pendant mes premières années en tant qu’étudiant, nous faisions du JdR de Zombies assez régulièrement. Notre truc à l’époque, c’était de nous jouer nous-même, dans différentes situations, dont le coup des rues vides au réveil et des zombies. Et on jouait sans règles. Tout était à la discrétion du MJ. Personne ne doutait que je sois capable de manier la batte de base-ball qu’on avait à la maison pour taper sur un type à un mètre de moi, et je savais très bien être incapable de défoncer une porte à coups d’épaule.

Alors quand l’occasion de jouer à Z-Corps s’est présentée, j’ai sauté dessus : voilà longtemps que je n’avais pas joué les survivants.

Z-Corps couverture

Z-Corps est donc un jeu édité il y a un tout petit peu plus d’un an par le 7ème Cercle. Depuis, ils ont sorti également un écran, quelques accessoires et un supplément qui poursuit la campagne (8 Semaines Plus Tard).

Le jeu utilise un système générique, l’open D6, comme pas mal de jeux ces derniers temps. C’est un peu le phénomène d20 d’aujourd’hui, dans une bien moindre mesure. On n’a donc rien de très original, mais les parties sont faciles à lancer. On prend les archétypes du bouquin, on ajoute un peu de personnalisation, et on est parti.

Le jeu nous propose de jouer aux Etats-Unis, au début d’une infection, à Topeka, capitale de l’Etat du Kansas. On est donc dans un schéma bien particulier, avec ses poncifs : on a droit aux motards à la Hell’s Angels, aux Redneck, aux chasseurs de primes, etc.

Z-Corps : Chanteuse de country

On a droit à du zombie qui peut courir, grimper, et vous bouffer en moins de deux. Je ne suis pas certains qu’il soit facile d’échapper à une horde de centaines de zombies qui marchent, alors si ils vous poursuivent en utilisant tout ce qu’il leur reste de muscle, c’est mal barré. D’ailleurs, on crève vite : soit on se fait bouffer un morceau dès qu’on se retrouve au contact, soit on finit infecté. J’ai réussi à garder intacte ma douce chanteuse de country féministe jusqu’à la fin du scenario, mais en usant d’une très grande prudence. Et je crois que seulement deux des personnages s’en sont sortis sans trop de bobos.

Par contre, il faut choisir avec qui on joue. Moi mon truc, c’est de survivre, le plus longtemps possible, et essayer de sauver un maximum de gens. Et évidemment, il y avait autour de la table des êtres sans scrupules qui voulaient utiliser tous les PNJ passant à proximité pour sauver leur peau. Mais au final, c’est intéressant, parce que ça nous mets aussi face aux divergences d’opinion et de façon de faire de tout un chacun, et ça n’en deviens que plus intéressant.

Au-delà de toutes ces considérations, la particularité de ce jeu, c’est de proposer aux joueurs de devenir des Z-Corps, des agents surarmés et un peu baisés, envoyés sur les lieux des infections zombies pour enquêter. Ils bossent pour One-World, un entreprise dont on devine rapidement qu’elle a joué un rôle dans les événements.

Z-Corps : autoroute

Alors, que vaut Z-Corps au final ?

J’ai trouvé le bouquin plus sympa, et agréable à parcourir, mais je n’étais que joueur, donc je n’ai lu que ce qui concernait la création de personnage…  et je dois vous avouer qu’il y a des choses qu’on n’a pas trouvé, des références à des règles qui semblaient n’être nulle part. Ce n’est peut-être qu’une impression, mais c’est celle qu’on a tous eu autour de la table. En tout cas, les illustrations sont vraiment belles (autant qu’un zombie peut être beau quoi !).

A titre personnel, je ne suis pas certain de la nécessité de l’achat de la gamme, à moins de vouloir vraiment suivre la campagne. Ne voyant pas l’intérêt de jouer, à titre personnel, de devenir un super soldat pour massacrer du zombie, je n’ai pas forcément besoin du jeu. Par contre, Si cette idée et celle d’en apprendre plus au cours de la campagne sur les causes d’une infection zombies, mon MJ m’a dit que la campagne et les factions présentes dans l’univers avaient l’air plutôt intéressantes.

Z-Corps est un jeu édité par le 7ème Cercle et disponible à coup sûr dans votre boutique favorite ou sur tous les principaux sites de vente de JdR en ligne, ou presque.

Publicités
Comments
3 Responses to “[Coté Joueur] Z-Corps”
  1. Z-Corps est un jeu qui attire si on s’intéresse un tant soit peu au genre zombie. Un jeu basé sur l’apocalypse, la survie et la décontamination militaire dans un background plutôt sérieux, ça donne envie de s’y pencher, quitte à se faire infecter….

  2. merci pour cet article, je crois que ce sera une de mes prochaines partie (côté mj)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :