Les Hérauts du Temps

Le Serment des Horaces (Jacques-Louis David, 1785)

Pour ceux qui n’ont pas envie de lire mes élucubrations… Les Hérauts du Temps est un jeu de rôle amateur écrit dans le cadre du concours les Démiurges en Herbe 5, en deux semaines et avec un thème imposé. C’est un jeu de voyage dans le temps, dans lequel les personnages parcourent les époques pour vivre de leurs propres yeux les grandes épopées de l’histoire, de la guerre de Troie au jeûne de Gandhi, pour ne donner que deux exemples très différents. C’est un jeu simple dans ses mécanismes, mais qui demande surtout beaucoup de travail et de recherche de la part du MJ, pour apporter une vision nouvelle voire faire découvrir des périodes méconnues de l’Histoire à ses joueurs.
Le jeu est téléchargeable ici, tel que je l’ai rendu au concours.

J’ai participé à la dernière édition des Démiurges en Herbe, la cinquième, cette année. C’est un concours d’écriture de jeu de rôle, en temps limité et avec un thème imposé. Organisé par le collectif ForgeSonges, il a conduit à la publication prochaine de quelques jeux, dont notamment Mississippi dont je vous ai parlé récemment et Teocali, dont je vous parlerai sans doute si je peux mettre la main sur quelqu’un pour m’y faire jouer (MaJ: C’est chose faite).

Affiche Démiurges en Herbe 5

Le thème de cette année était donc « Tour(s) et Geste(s) ». Je dois avouer que je n’avais jamais rien écrit de ce genre avant, ni scenario, ni jeu de rôle, ni rien du tout de vraiment conséquent (en dehors de mes écrits « scolaires »). Alors je peux vous assurer que « Tour(s) et Geste(s) » ça m’a un peu laissé sur le cul. Coup de bol, j’étais assis par terre à ce moment là, et surtout des amis étaient venus manger à la maison, ce qui m’a empêché de trop me torturer les méninges.

Je n’ai jamais rien écrit, mais ça ne m’a jamais empêché de penser ou d’improviser en tant que MJ. Et surtout, je crois qu’avec mon groupe historique, on a sans doute passé plus de temps à parler de jeu de rôle qu’à en faire. Du coup, ben à la fin de la soirée, j’avais une idée qui ne me semblait pas trop mal. Il n’en reste plus grand-chose dans la version finale pour le concours, mais c’est bien d’elle que tout est parti.

Je voulais un jeu avec un système simple et accessible en quelques instants. Comme je partais sur un truc un peu compliqué – mi historique, quart science fiction, tiers aventure, et un poil culturel – qui allait donner pas mal de boulot au MJ et aux joueurs, je me suis dis qu’il ne valait mieux pas trop surcharger de règles. Et puis le réalisme n’était pas du tout un de mes objectifs.

J’ai d’abord voulu faire un truc à base de tours de magie, où les joueurs auraient à effectuer les tours en vrai autour de la table pour réussir leurs actions, mais j’ai vite abandonné l’idée, faute d’inspiration et de temps. Le truc, c’est j’avais imaginé un univers qui n’utilisait pas que cette définition de tour (de magie) et de geste (ceux à exécuter pour faire les tours). Il reprenait aussi l’idée de la Geste, chanson de trouvères médiévaux, mais d’une façon un peu originale : les joueurs étaient des troubadours du futur, un peu magiciens sur les bords, qui venaient pour voir de leurs propres yeux les hauts des héros de l’histoire, ils étaient les hérauts du temps, chargé de conter ces aventures aux peuples désabusés d’un avenir morne.

Le concours dure deux semaines, et je n’avais rien écrit à la fin de la première. J’ai pu organiser une partie de test le mercredi de la seconde, et j’ai donc passé mon temps en recherches pour peaufiner autant que possible mon scenario, autour de la « Chanson de Roland », parangon de la chanson de geste médiévale. Entre temps, j’ai bien sûr cherché à réintégrer le mot « Tour(s) » à mon histoire, vu que les tours de magie s’éloignaient de plus en plus du gloubiboulga final.

Huit etapes de La Chanson de Roland en une image

J’ai fouillé des tas de définitions, et j’ai trouvé mon bonheur. Mon scenario mettait en scène un Roland qui n’était pas un vrai héros, mais juste un c*nnard embelli par l’histoire. C’était là, en partie, que se trouver l’intérêt du jeu : surprendre les joueurs en manipulant leurs connaissances ou leur vision des figures historiques, soit au prisme de la vraisemblance historique, soit en freestyle et juste au service de l’intrigue.

Et là paf ! Je tombe sur la signification de la Maison Dieu dans le Tarot de Marseille, l’arcane majeur XVI, aussi appelée la Torre ou la Tour. Elle représente une tour frappée par les cieux et des hommes qui en chutent. C’est un rappel de la tour de Babel évidemment. L’orgueil des hommes, puni par une force supérieure et transcendantale. C’était déjà un peu de but de mes hérauts du temps : vérifier si les héros de l’histoire en étaient vraiment. Et hop, pouf ! J’ai ma tour, et c’est au centre du propos du jeu, tout comme la geste héroïque.

Arcane XVI: La Maison-Dieu

J’étais tout fier, quand le mercredi est venu. J’ai pu faire jouer les Hérauts du Temps. Et là, catastrophe ! Je m’étais très mal préparé en fait, et un certain nombre de failles bloquaient les joueurs dans leurs interprétations des hérauts. J’ai failli tout abandonner. Heureusement, ils ont réussi à me convaincre du potentiel du jeu. Et m’ont donnés quelques conseils quand à ce qui les avaient gênés.

Et donc voilà, dernière ligne droite pendant le deuxième week-end du concours, j’ai tout mis sur le papier (numérique) : règles, présentation de l’univers, et enfin le scenario. Cette dernière partie m’a donné beaucoup de mal, surtout avec les quelques heures qu’il me restait avant la clôture du concours. Si vous lisez le jeu, vous verrez vite la différence avec le reste je pense. Il m’a fallu combler les lacunes de mon canevas de base sans pouvoir rien tester, passant quand même de trois-quatre scènes à neuf.

J’ai eu de sérieux espoirs de passer au deuxième tour de concours. J’ai flirté avec le top du classement (premier ou second pendant un certain temps) avec mes deux premières notes, mais la troisième m’a rétamé : le correcteur n’a pas du tout aimé. Je suis littéralement passé de second à dix-neuvième du concours en un instant. Un bon poing dans les dents et dans l’orgueil si vous voulez mon avis, mais ainsi va la vie !

La prise de Constantinople en 1204 (Eugène Delacroix, 1840)

Mais du coup, je peux dès aujourd’hui vous proposer mon jeu en lecture, dans son format original, celui des Démiurges en Herbe 5. Je vous glisse aussi mes feuilles de notations, si certains veulent y jeter un œil au passage ;). Le jeu est assez court : un peu plus de dix pages pour les règles et le contexte, une bonne quinzaine pour le scenario. Il manque quelques bouts de règles ici ou là, mais rien de vraiment indispensable.

Je suis bien sûr ouvert à tous les commentaires, bons ou mauvais, les constructifs étant mes préférés ! Je pense reprendre le jeu et développer certaines choses, en changer d’autres. Puis le faire tourner un peu à droite à gauche, voir si ça plait à des gens. Comme je suis un MJ feignant, ce n’est pas forcement un jeu que je maitriserai de moi-même. Mon rêve serait de trouver quelqu’un qui m’y fasse jouer :).

Cela étant dit, je vous invite à lire les Hérauts du Temps, un jeu pour ceux qui aiment l’histoire, les héros, la mythologie, et qui n’ont pas peur de quelques paradoxes temporels gérés les doigts dans le nez !

Enjoy !

Les Hérauts du Temps, le jeu de rôle de Science Fiction Historique est téléchargeable ici
Mes fiches de notation sont accessibles ici
Le site de ForgeSonges, organisateur du concours

Advertisements
Comments
10 Responses to “Les Hérauts du Temps”
  1. Emere dit :

    Article sympathique. Dès que j’en aurais l’occasion (je ne suis pas trop en situation de lire des trucs en ce moment), je te donnerai mon avis sur ce que tu as écrit.
    Bonne continuation !

  2. bEN dit :

    J’espère que tu nous feras tester ça un de ses quatre ;)

  3. Imrryran dit :

    Au cas où ça t’intéresse, j’ai moi aussi (mais pas dans le cadre d’un concours) travaillé sur un jeu de voyage dans le temps : http://imrryran.wordpress.com/regles-de-mysteres-du-temps/

    Je suis plus dans une optique où bien que devant garder l’histoire telle quelle les joueurs vont rencontrer d’autres organisations, chacune voulant lui donner une tonalité particulière. Ils vont être tentés, par conviction ou intérêt bien senti, d’altérer l’histoire et chercheront à comprendre les motivations réelles de ces différentes organisations.

    • J’ai jeté un coup d’œil rapide aux mystères du temps, et c’est marrant quand même de voir qu’avec une idée de base à priori assez similaire – le voyage dans le temps dans un jeu qui permet de côtoyer les grands moment de l’histoire – on arrive à un résultat radicalement différent.
      En tout cas, je t’ai ajouté aux flux que je suis, et je garderai un œil sur ton projet :).
      De mon coté, je travaille en ce moment plutôt sur deux autres jeux, un med-fan low fantasy et un historique avec des Inquisiteurs fin XVème depuis XVIème, mais j’ai bien l’intention de me remettre sur les Hérauts du Temps un de ces jours…

  4. Denie dit :

    Bonsoir !

    Je suis tombée ici par hasard, et j’aime vraiment beaucoup l’idée de ton jeu ! Je verrais bien une campagne pendant la Révolution Française tiens (20 Juin 1791 : « Comment ?! les Nihilistes ont convaincu Louis 16 de ne pas fuir ? Bon bah… on va devoir kidnapper le Roi. ») :D !

    Le seul point où je suis d’accord avec les critiques, c’est le fait qu’il faudrait gérer les paradoxes temporels. D’ailleurs, où en est ton jeu ? Tu l’as continué/joué ? Ce serait cool d’avoir des retours.

    Bref, super idée, et si un jour je trouve des gens intéressés, ça me ferait plaisir de tester ton jeu. :)

    Bonne chance pour la suite.

    • C’est exactement le genre d’envies que j’avais essayé de susciter en écrivant ce jeu :D ! Ça fait plaisir ce genre de commentaire.
      Je n’ai malheureusement pas eu le temps de bosser sur le jeu (fin d’études, mémoire, nouveau boulot, déménagement, l’histoire habituelle quoi ^^). J’ai bien quelques modifications en tête, mais rien que je n’ai pu vraiment concrétiser… même si ton message me donne envie d’y repenser sérieusement.
      Entre choses : transformation des « hérauts » en une force de « bibliothécaires » et repousser le coté perdu dans le temps pour prendre le temps de développer l’environnement du futur. J’aimerais bien reprendre l’archétype du « magicien » aussi.
      Merci en tout cas !

Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] est déjà écrit. C’était ma participation aux Démiurges en Herbe 5 l’année dernière. J’ai une relation un peu « amour / haine » […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :